chambre hote maison d'ho tes

 

 

 

 

 

                                 chambres d hotes loger      

 

                                     Malheureusement morte !

                      24 octobre 2008-31 juin 2015

 

 

 

                                                   

 

 

           

La case a définitivement fermé en avril 2016. Les repreneurs ont

mis 10 mois à mettre par terre un projet que j'avais mis 7 années à

construire. Après avoir déshonoré les échéances prévues, ne pas

payer trois mois de loyer, laisser une facture d'électricité de plus

d'un million ayant pour conséquence la coupure du compteur, un

scénario identique pour l’eau. 

Chapeau bas à Bob l'éponge et sa compagne qui ont

accompagné la case dans sa dernière demeure !

 

 

 

 

La vie continue et vous pouvez la poursuivre dans la chambre d'hôtes Bassneré qui se trouve à deux pas de l'ancienne case d'hôtes.

 http://www.bassnere.com

 

 

 

 

 

 

 

J’aime pas mourir et pourtant  !

 

La case d’hôtes vous annonce son décès survenu il y a quelques mois en toute discrétion. En effet je suis morte suite aux nombreux coups de force survenus pendant ces sept années, au départ précipité d’un président qui ne voulait plus lâcher, à l’arrivée soudaine de djihadistes et ses menaces d’attentats, à cette longue frontière malienne devenue soudainement rouge comme le sang, à cette zone orange qu’est devenu Bobo-Dioulasso et Banfora les derniers bastions touristiques du Faso et aussi un peu  au stress d’un excès de conscience professionnelle même si dans ce stress il y a eu tellement de plaisir.

Un grand merci à tout le personnel qui a su me porter, à la tortue qui a su distraire, au singe Brakino qui est parti trop tôt, à mon papa qui m’a créé et a su m’amener au plus près des étoiles, aux enfants qui ont amené de la joie et énormément de tendresse.

Le clap de fin pour les centaines de clients qui ont défilé en mon sein, à ceux qui se sont arrêtés et aux autres qui sont devenus des amis.

Qui sait, la case d’hôtes renaitra peut-être un jour de ses cendres, ailleurs …